Notre Blogue

Emplois, recrutement et chasse de tête au Québec

Comprendre la relation entre le chasseur de têtes, l’employeur et vous

04 Avril 2011, par Équipe Thorens Chasseurs de têtes

Lorsque vous vous retrouvez dans un processus de recrutement deux cas de figures sont possibles : soit vous êtes en relation directe avec votre potentiel employeur, soit le processus fait intervenir une firme de recrutement.

Dans le dernier cas il est important pour le candidat de bien comprendre ce qui se joue afin de maximiser ses chances.

En prenant un peu de perspective on se rend compte que les 3 parties ont finalement exactement le même but : arriver à une entente gagnante/gagnante c’est-à-dire une situation dans laquelle l’employé est capable de faire les tâches demandées, capable de progresser et de s’épanouir dans l’équipe tout en étant satisfait de ses conditions de travail (que cela soit en termes d’intérêt du poste ou d’un point de vue salarial et matériel).

Lorsque l’on veut se retrouver devant une situation gagnante-gagnante, il est important de jouer franc jeu. En effet, le candidat qui abandonne après l’une de ses entrevues sauve du temps au recruteur et à l’employeur puisque de toute façon il aurait certainement arrêté à l’étape suivante ou il aurait quitté rapidement son emploi car il n’aurait pas été satisfait.
Si le recruteur décide de ne pas poursuivre avec un candidat il sauve du temps à son client qui en toute logique serait arrivé à la même conclusion et donc il sauve du temps au candidat qui aurait passé une entrevue chez le client pour rien.
Enfin si l’employeur ne va pas plus loin avec le candidat, il évite certainement à ce dernier de se sentir mal dans un poste ou une équipe qui ne lui conviendrait pas.

Ceci étant dit un processus de recrutement n’est pas un théorème mathématique et du fait qu’elle est avant tout un problème humain elle implique des zones de négociations dans  lesquelles le respect de certaines normes ainsi que le respect de la sensibilité de chacun est important. Car même si les 3 parties ont un même but, chacune a ses propres contraintes et ses propres marges de concession. On sait aussi que le candidat n’a souvent pas qu’une seule offre d’emploi, et que le chasseur de têtes et l’employeur n’ont pas qu’un seul candidat.

Un recrutement est donc derrière une façade simple, un processus relativement complexe.

Or plus que les deux autres parties le chasseur de têtes est par définition le plus habitué à ce processus. L’employeur le sait et c’est pourquoi il fait appel à ses services. Par contre, le candidat peut parfois considérer le recruteur uniquement comme une étape supplémentaire. Ceci est faut, car un recruteur sera un conseiller personnel tout au long du processus.

En effet de par sa position d’intermédiaire, le recruteur a la capacité de recevoir les données brutes des deux autres parties pour ensuite arrondir les angles et étudier la possibilité d’un terrain d’entente.

Ainsi le client pourra dire au consultant qu’il a des doutes sur un candidat pour telle ou telle raison mais n’osera pas le dire au candidat par peur de le froisser ou s’il ne veut pas nuire à sa motivation. Le consultant en recrutement pourra plus facilement aborder le sujet avec le candidat et faire le lien entre les deux.

À l’inverse un candidat peut être très intéressé par le poste mais hésiter à cause d’un élément quelconque (salaire, vacances, type de responsabilité, existence d’une autre offre intéressante). Ne voulant pas paraître trop exigeant dans un premier temps (ce qui serait effectivement mal perçu par l’employeur) il attendra d’avoir l’offre et si celle-ci ne lui convient pas il la refusera tout simplement. Aborder ces points avec le recruteur aurait permis à celui-ci d’alarmer subtilement son client d’éventuels points de blocage et d’évaluer la marge de manœuvre de chaque partie.

C’est pourquoi il est donc important que le candidat informe son recruteur du moindre échange qu’il peut avoir avec le potentiel employeur car outre le fait que cela sera apprécié par le recruteur, cela lui permettra surtout de jouer son vrai rôle de facilitateur et de partenaire d’affaires aussi bien pour son client que pour le candidat.